À la découverte d’un organisme mystérieux : le blob



Physarum polycephalum, plus connu sous le nom de « blob » est un organisme vivant hors du commun. En effet, ce n’est ni un champignon, ni une plante, ni un animal. Il vit dans des milieux frais et humides comme par exemple sur le bois mort. Cet organisme a longtemps été classé parmi les champignons du fait de la présence de plusieurs noyaux dans cette cellule géante, mais depuis 2015, il est classé parmi les mycétozoaires (qui ont pour la plupart un cycle de vie plus proche de celui du blob). Le blob possède des caractéristiques cellulaires particulières : ce n’est en réalité qu’une cellule géante, une des seules qui soit visible à l'œil nu ; elle possède plusieurs milliers de répliques de son noyau[1].


En plus de cela, même s’il ne possède pas de cerveau, il est doté de capacités étonnantes : il peut se déplacer, se nourrir, s’organiser et transmettre ses apprentissages à un congénère[1]. Cela est rendu possible par un réseau de veines qui traversent l’ensemble de l’organisme en diffusant les mêmes informations, sur l’état du milieu et les éléments nutritifs disponibles, aux différentes extrémités du blob.



Il est également capable, lorsque le milieu ne lui permet plus de se nourrir, d’entrer en dormance pendant des années. Il est alors « réveillé » lorsque les conditions (re)deviennent plus favorables à sa vie. De plus, s’il est coupé en plusieurs morceaux, il est capable de cicatriser en deux minutes seulement et chaque morceau devient alors un blob différent [2].


Figure 2 : Arbre phylogénétique de Physarum polycephalum


Ce mois-ci, Thomas Pesquet invite 4500 établissements scolaires – au nombre desquels la Lab School – à partir avec lui dans son vaisseau spatial et à relever le défi de d’étudier le blob de plus près à travers des expériences réalisées par les élèves du CP à la troisième. Ce projet mis en place par le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) en partenariat avec le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) va permettre d’analyser comment le blob se comporte en micropesanteur pour le comparer aux résultats obtenus par les élèves [1].


Sera-t-il capable de s’adapter à son nouvel environnement ? Grandira-t-il de manière verticale, à la manière d’un stalagmite ? De nombreuses questions restent en suspens et nul ne peut, pour l’instant, prédire les résultats des expériences de Thomas Pesquet dans l’ISS (International Space Station).


Dans l’épisode prochain, nous mettrons en place les expériences encadrées (sans aucun risque ou danger pour les élèves) que la Lab School partagera avec vous afin de pouvoir répondre à toutes nos hypothèses et questions. Cette semaine se déroulera du 11 au 17 octobre.






Emma Bonnet et Nina Boussarie, services civiques à la Lab School Paris.



Bibliographie :


[1] : Education. (2021). CNES. https://missionalpha.cnes.fr/fr/mission-alpha/les-experiences-made-france/education?fbclid=IwAR0cc-4pmNk-xzFb7tce9Q8yLHR3AutvGT4c7ajxyY3294ZTyIyKDaDQqI8


[2] : Wikipedia contributors. (2021, 7 septembre). Physarum polycephalum. Wikipédia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Physarum_polycephalum